Rencontre avec les actrices du NAHB #4

Vous ne les connaissez peut-être pas et pourtant ces femmes oeuvrent au quotidien pour la vie du Nantes Atlantique Handball. Elles sont les actrices de l'ombre. Rencontre aujourd'hui avec Nadine Huvet, administratrice au club.

Quel est ton rôle au sein du NAHB ?
Le club a pour but de promouvoir le handball féminin de haut niveau et c’est la raison pour laquelle je me suis engagée en qualité d’Administratrice depuis 2006 et précisément en charge du centre de formation depuis sa création en 2014.
Mon rôle est de faire le lien entre les responsables du centre de formation et le conseil d’administration. Mes missions sont de gérer et de suivre le budget mis à disposition et de m’assurer du bon fonctionnement entre les différents secteurs (technique, administratif, médical, social …)

Pourquoi as-tu décidé de t’investir dans le milieu du sport ?
J’ai débuté le handball à 13 ans au collège, puis au sein du club de l’US Créteil (région parisienne) de 14 ans jusqu’à l’âge de 30 ans (D2 anciennement National 1B). J’ai poursuivi en qualité d’entraineur au sein de plusieurs clubs de la région parisienne. Pendant 4 ans, j’ai entrainé les jeunes filles de la Ligue Paris Ile de France Est. Puis en 2000, j’ai terminé au sein du NLA en qualité d’entraîneur adjointe de l’équipe 1 (niveau N1) jusqu’en 2004. Mon investissement dans le handball a continué naturellement en tant que dirigeante au sein du club.

Était-ce un choix particulier d’intégrer une équipe féminine ?
La place des femmes dans le sport a été souvent le reflet de la place des femmes dans la société. C’est pourquoi j’ai priorisé les clubs féminins afin de promouvoir le sport « féminin » et médiatiser davantage les sportives de haut niveau.

Quelle est ta vision du sport féminin en 2020 ?
Le HB féminin de haut niveau commence à évoluer mais, à mon sens, les structures associatives qui encadrent ces joueuses doivent également se professionnaliser comme de véritables entreprises. Certains sports comme le rugby n’arrive pas à percer, les joueuses n’ont pas de statut de professionnelles donc travaillent la semaine, s’entraînent à 21h et prennent des jours de congés pour se rendre disponibles les jours de compétition. Le temps de diffusion du sport féminin à la télévision a doublé mais n’a pas encore atteint celui des masculins.

Dès que la femme cherche à accéder au pouvoir, aux responsabilités, c’est-à-dire de faire comme les hommes, elles sont souvent considérées comme des féministes ou des femmes qui veulent faire carrière. Elles doivent toujours prouver leur compétence. C’est pourquoi, si la politique d’égalité des chances leur permet d’accéder au sport au même titre que les hommes, elles pourront s’émanciper.

Nous vivons une période particulière, comment as-tu réinventé ton rôle avec la crise sanitaire actuelle ?
J’ai priorisé les retours en famille pour les jeunes du centre de formation afin qu’elles puissent prendre soin d’elles tant au niveau physique que psychologique. Je me suis assurée auprès d’elles que tout allait bien.

Un petit mot à passer ?
Bravo à toutes les équipes et félicitations aux techniciens pour leurs bons résultats de cette saison.
Les dirigeants et les parents bénévoles œuvrent pour faire vivre le NAHB et permettre à toutes les jeunes joueuses de se former pour pratiquer un sport de haut niveau.
Ces joueuses devraient pouvoir participer au fonctionnement du club en jouant « collectif » tant au niveau sportif (arbitre, entraineur…) que social (aide à l’organisation des rencontres, …).
Nous avons besoin de toutes les aides pour que le club continue à évoluer et que tous les licenciés prennent du plaisir.

Merci beaucoup Nadine pour tes réponses !

Nantes Atlantique Handball

Author Nantes Atlantique Handball

More posts by Nantes Atlantique Handball

Leave a Reply