Rencontre avec les actrices du NAHB #5

Vous ne les connaissez peut-être pas et pourtant ces femmes oeuvrent au quotidien pour la vie du Nantes Atlantique Handball. Elles sont les actrices de l'ombre. C'est aujourd'hui, Laetitia Dronet, entraîneure des mini et baby-hand qui répond à nos questions.

Quel est ton rôle au sein du NAHB ?
Au cours de cette saison 2019/2020, je m’occupais des entrainements des mini et baby-hand.
J’avais également la responsabilité d’organiser des stages et des tournois du types « mini-mondial » que nous avons réalisé début janvier.

Depuis combien de temps es-tu bénévole au club ?
Il s’agissait, cette saison, de ma première année au sein du NAHB.

Pourquoi as-tu décidé de t’investir dans le milieu du sport ?
Depuis très longtemps, je suis dans les salles de handball et c’est tout naturellement que je me suis orientée vers le métier d’éducateur sportif. L’investissement auprès des jeunes est primordial pour moi.

Était-ce un choix particulier de t’intégrer dans une équipe féminine ?
Pas forcément. Il y a des différences entre les équipes masculines et les équipes féminines, c’est pour cela que je m’investis avec ces deux collectifs.

Quelle est ta vision du sport féminin en 2020 ?
Le sport féminin est beaucoup moins médiatisé et mis en lumière. Mais je pense que le regard sur le sport féminin est en train de changer, notamment grâce au bon résultat de nos équipes nationales. Le changement va, certes, prendre encore du temps mais si on continue de le promouvoir, je ne me fais pas de soucis quant à une plus grande visibilité.

Selon-toi, comment a-t-il évolué ces dernières années ?
Même si ce n’est pas encore devenue une banalité, on peut voir plus de sport féminin qu’il y a quelques années. Il y a encore du travail !

Merci beaucoup Laetitia !