Aneja BEGANOVIC s’engage avec le NAHB

La pivot Slovène Aneja BEGANOVIC (à gauche sur la photo ci-dessus) s’est engagée avec le Nantes Atlantique Handball. Après avoir rompu son contrat début octobre avec son ancien club RK KRIM MERCATOR, elle s’est engagée avec les Roses jusqu’en juin 2020.

Présente aux entraînements depuis plusieurs semaines, Aneja a réalisé un essai concluant aux yeux du nouvel entraîneur Allan Heine. En attente de qualification de la part de l’EHF, elle fait partie du groupe en déplacement à Saint-Amand.

 

Aneja BEGANOVIC

 

Aneja BEGANOVIC, pivot NAHB

Poste : Pivot

Taille : 173 cm

Née le : 09/11/1997

Nationalité : Slovène

Internationale : Slovénie

 

 

Clubs

RK KRIM MERCATOR (SLO) : 2015-2018

 

Palmarès

EHF CUP : Finaliste en 2016 (RK KRIM MERCATOR)

 

L’avis des entraîneurs

Aneja va amener de la solidité offensive et défensive et également de l’agressivité. Avec la blessure d’Elizabeth Chavez, nous disposons d’un seul pivot professionnel, Elaine Gomes, et de 2 jeunes talents avec Manon et Camille. Or, le poste de pivot est très important pour rester fort pendant 60 minutes. C’est pour cela que nous avons choisi de faire appel à Aneja en renfort.

 

Pour mieux la connaître

Nous avons posé quelques questions à Aneja pour apprendre à mieux la connaître.

Aneja, peux-tu te présenter rapidement?

Je m’appelle Aneja Beganovic, je suis née le 9 novembre 1997 en Slovénie. J’ai un grand frère qui a un an de plus que moi ; on est très différent physiquement, il est difficile de deviner que nous sommes frère et sœur. En ce moment, il est avec moi à Nantes pour une dizaine de jours.

En parallèle du handball, j’étudie l’économie ; j’ai encore 3 examens à passer pour décrocher mon diplôme.

En ce qui concerne le sport, j’ai commencé à l’âge de 6 ans. J’ai d’abord joué au tennis pendant 6 ans et demi et j’ai tout lâché pour me mettre au handball. J’ai commencé dans le club de Vrhnika, une petite ville en Slovénie où je vivais. Nous avons ensuite déménagé à Ljubljana, la capitale de la Slovénie et j’ai donc changé de club pour le RK Krim Mercator. J’ai d’abord joué sur le poste d’arrière gauche avant que l’entraîneur Milija Tomsic, me mette sur le poste de pivot. J’ai signé mon premier contrat professionnel avec ce même club avec Marta Bon comme entraîneur. Elle m’a donné l’opportunité de jouer en Ligue des Champions alors que je n’avais seulement 17 ans et m’a également ouvert les portes de l’équipe nationale ; je lui en suis très reconnaissante.

 

Tu t’apprêtes à quitter ton pays pour la première fois. Comment te sens-tu et pourquoi avoir choisir de venir en France et à Nantes?

Je dois avouer que je ne réalise pas encore vraiment que je dois quitter ma famille, ma ville, mon pays. Mais tout arrive pour une raison. Ce sera certainement difficile au début mais je sais pourquoi je quitte la Slovénie, c’est pour jouer au handball, chose que j’aime autant que ma famille, mes 2 chiens et mes amis.

Pourquoi la France ? Parce que toutes les personnes qui connaissent le handball savent que le niveau du championnat Français est très bon. Par ailleurs, la ville de Nantes est magnifique donc c’est un plus.

Je pense qu’avec les joueuses présentent dans l’équipe, on peut vraiment faire une bonne 2ème  partie de saison.

 

Tu arrives en cours de saison au sein du club, ce n’est pas toujours évident ; comment appréhendes-tu cela? Tu as réalisé un essai de quelques jours avant de signer avec le club, peux-tu nous raconter comment cela s’est passé?

Quand tu sais ce que tu veux, et que tu le veux vraiment, tu fais tout ce qu’il faut pour que cela arrive. Rien n’est facile dans la vie, je fais un gros pas en avant dans la mienne en laissant mon pays derrière moi mais je sais que du positif en ressortira.

J’ai déjà réalisé plusieurs entraînements et un match amical avec l’équipe, et j’ai vraiment la sensation que nous allons nous entraidées avec les filles sur le terrain, tant à l’entraînement qu’en match, et que cela nous rendra meilleures au fil des jours.

C’est assez difficile de débarquer dans un nouveau groupe quand on ne parle pas la langue ; je ne parle pas français et certaines filles ne parlent pas anglais. Mais nous avons toutes 2 bras et 2 jambes donc on arrive toujours à se comprendre et Guillaume nous aide beaucoup à traduire. Je parle un peu espagnol aussi et je vais apprendre le français.

Les filles sont très gentilles avec moi et j’ai hâte d’être à mon 1er match officiel le samedi 29 décembre.

 

Connaissais-tu certaines joueuses de Nantes avant de venir?

Non je ne connaissais personne hormis Gordana Mitrovic, mais seulement de nom.

 

Quels sont tes objectifs avec le NAHB pour cette fin de saison?

De se battre à chaque match comme si c’était le dernier. Tous les matchs commencent à 0-0, donc nous avons l’opportunité de gagner chaque match, peu importe notre adversaire. Je souhaite que nous produisions du bon handball et que l’on se soutiennent les unes les autres, quoiqu’il arrive.

 

Nous t’avons vu évolué à Nancy lors de l’Euro avec la Slovénie et également dans les tribunes du Hall XXL à Nantes ; comment as-tu vécu la compétition et qu’as-tu pensé du public français ?

1 mois et demi avant le début de la compétition, j’ai rompu mon contrat avec mon club. Je n’ai donc pas joué au handball pendant tout ce temps, et me suis simplement maintenue en condition physique. J’ai repris l’entraînement avec l’équipe nationale juste avant le début de l’Euro. Et si je n’avais pas joué cette compétition, je ne serai sûrement pas à Nantes aujourd’hui.

Donc d’une certaine façon, je peux dire que c’était ma compétition.

Je souhaite ajouter que je suis fière de mes coéquipières slovènes car nous nous sommes battues à chaque match et nous avons donné notre maximum. Même si la victoire contre la Russie ne nous a pas permises de continuer la compétition, je suis fière de ce que l’on a fait. Nous sommes une équipe jeune, et je suis sûre que nous allons nous améliorer après chaque match.

Ce fut très agréable de disputer une compétition comme celle-ci ; je pense que le public français l’a rendu encore plus spéciale avec l’ambiance qu’ils ont mise ainsi que les tenues et visages colorés que l’on a pu voir en tribunes.  Avec l’Équipe Slovène, nous avons également notre groupe de supporters ; mais ils étaient nettement moins nombreux, ce qui est normal puisque la Slovénie recense presque 35 fois moins d’habitants que la France.

 

Bienvenue dans la Team Roses Aneja !

Nantes Atlantique Handball

Author Nantes Atlantique Handball

More posts by Nantes Atlantique Handball

Leave a Reply