A la découverte de … Janna Sobrepera

Pendant la trêve, partez « à la découverte des recrues ». Arrivées cet été dans l’équipe des Roses, nous allons vous présenter tour à tour les nouveaux visages du Nantes Atlantique Handball.

Aujourd’hui on vous présente Janna Sobrepera, internationale junior avec l’Espagne, elle a quitté son pays pour intégrer le centre de formation du NAHB.

 

Janna Sobrepera, NAHB

Numéro : 51

Poste : Demi-centre

Née le : 08.09.2000

Taille : 180 cm

Nationalité : Espagnole

 

 

 

Holà Janna, peux-tu nous présenter ton parcours pour commencer ? 

J’ai commencé à jouer au handball à 5 ans au Club Handbol Sant Quirze (une petite ville). À 12 ans, j’ai commencé à être appelée avec les équipes nationales catalanes et espagnoles pour les championnats. La même année, je suis entrée à la Résidence des Sportifs de Haut Niveau à Barcelone (projet de la Fédération Catalane, l’équivalence de l’INSEP en France). Avec le club, nous avons participé à plusieurs championnats  de première division, avec la Catalogne nous avons joué de nombreuses phases finales du Championnat d’Etat et avec l’Espagne plusieurs tournois (Européen 2017 et Mondial 2018).

Au cours de ton parcours, as-tu eu des coaches qui t’ont marquée ?

Oui, surtout Dolores Martín. Entraîneur de la résidence pendant mes 4 ans là-bas et plus tard l’entraîneur des séniors de mon club durant les saisons 2016 et 2017.

De plus, dans le club, j’ai reçu des valeurs très importantes de Tino (catégorie jeunes), Ramon Plans (en cadettes) et Toni et Ricard (en juniors).

Peux-tu nous dire, en toute objectivité bien sûr, quels sont tes points forts et tes points faibles dans ton jeu ?

Mes points forts : ma vision du jeu et ma capacité à varier mes tirs.

Mes faiblesses : mon manque de rapidité,  ma capacité de feinte et ma défense.

Pourquoi as-tu choisir de venir à Nantes?

Parce que depuis mon enfance, mon rêve était de pouvoir jouer dans un pays étranger où le niveau de Handball est élevé. Venir à Nantes est une bonne occasion de grandir en tant qu’athlète et en tant que personne également.

Comment as-tu vécu ton arrivée en France et à Nantes? Quelles sont tes impressions sur la ville?

Tout va très bien. Mon appartement est très bien, nous avons de très bonnes installations d’entraînement (salle de handball et salle de musculation). J’ai été très bien reçue par le club ainsi que par mes coéquipières et les entraîneurs de l’équipe professionnelle et de la N1.

Et comment s’est passé ton intégration au sein de l’effectif du NAHB, à la fois avec l’équipe professionnelle et l’équipe réserve ?

Ayant vécu quatre ans dans la Résidence des Sportifs de Haut Niveau, je suis habituée à me lever tôt pour m’entraîner pendant 2h, à étudier rapidement, à me préparer à manger et à reprendre l’entraînement (2h30). La préparation physique était difficile car physiquement toutes mes coéquipières ont plus de force et beaucoup plus d’expérience.

Comment s’est déroulé le début de saison pour toi?

« Malheureusement », je suis arrivée plus tard parce que je participais au Championnat du monde avec l’équipe nationale espagnole et j’ai eu quelques jours de repos pour récupérer correctement de la fatigue accumulée. Quand je suis arrivée, au début avec les filles, je ne communiquais pas beaucoup à cause de la langue et de la timidité, mais une semaine après, je communiquais déjà parfaitement avec elles. Au niveau du handball, au début, j’ai vu que l’équipe était très en avance et moi en retard, mais grâce à mes efforts et de l’enthousiasme pour apprendre, je me suis rapprochée de leur niveau.

A titre personnel, quels sont tes objectifs au sein de ce collectif nantais ?

Sur le plan personnel, mes objectifs principaux sont d’apprendre et de grandir en tant qu’athlète. M’améliorer physiquement et progresser tactiquement et techniquement.

Quand tu n’es pas convoquée le week-end pour jouer avec l’équipe professionnelle, comment réagis-tu?

Quand je ne joue pas, c’est parce qu’il y a des joueuses au-dessus de mon niveau et cela me fait penser à continuer à travailler, à progresser pour atteindre un meilleur niveau sans tenir compte de mon âge (18 ans).

Qu’est-ce qui change le plus entre ta vie en Espagne et celle que tu as en France?

Évidemment, la principale différence est que mes habitudes et mes horaires quotidiens sont différents et que les gens qui ont toujours été très proches de moi maintenant sont loin et il faut l’assimiler petit à petit.

As-tu des rituels particuliers avant les matchs?

Mon rituel principal est de mettre les mêmes affaires pour les matchs.

Place à quelques questions sur tes nouvelles coéquipières ; selon toi, dans l’équipe, qui est :
  • La plus travailleuse ? Globalement toutes les filles sont travailleuses, mais je voudrais souligner Manon.
  • La plus râleuse ? Poly, parce que c’est la capitaine et qu’elle doit mettre de l’ordre et être plus sérieuse.
  • La plus drôle ? Béa
  • La plus tête en l’air ? Elaine
  • La plus bavarde ? Armelle
Que peut-on te souhaiter pour la suite de tes aventures au NAHB ?

Continuez à m’aider, à m’encourager et à me faire sentir comme chez moi.

 Le mot de la fin pour les supporters du NAHB :

Merci pour votre soutien et je compte sur vous pour continuer !

 

MERCI JANNA !
Nantes Atlantique Handball

Author Nantes Atlantique Handball

More posts by Nantes Atlantique Handball

Leave a Reply